Coronavirus, sans touristes ni braconniers, les tortues reviennent en masse pour nicher tranquillement sur les côtes indiennes

Sans hordes de touristes affluant vers les côtes d’Odisha, en Inde, et sans braconniers qui les chassent habituellement juste à cette période, les tortues de mer olive ridley sont revenues par centaines pour nicher ces jours-ci sur les plages de Gahirmatha et Rushikulya Rookery.

Pas seulement des lièvres à Milan, des dauphins dans les ports italiens et des canards à Rome. Le coronavirus, en bloquant les activités humaines dans une grande partie du monde, a permis à la nature et aux animaux de regagner leurs espaces. Cela s’est également produit sur la côte d’Odisha ou d’Orissa, un état de l’Inde orientale dans le golfe du Bengale, où les tortues olivâtres sont retournées nicher.

Olive Ridley est une espèce de tortue de mer en voie de disparition, classée par l’UICN comme “vulnérable”, menacée principalement par le plastique et les déchets ainsi que par le commerce illégal des œufs. Les côtes d’Odisha représentent le plus grand site de nidification en masse de cette espèce: selon l’Odisha Wildlife Organisation (OWO), près de 50% de la population mondiale de ces tortues rares arrive sur ces deux plages indiennes pour y pondre. Et cela en a fait une destination pour des centaines de touristes et de braconniers.

Le confinement également adopté par l’Inde a permis aux créatures de se reproduire dans les meilleures conditions, comme cela ne s’est pas produit depuis un certain temps. Bien que leur présence était attendue, des milliers de spécimens se sont répandus sur la plage de Rushikulya en moins d’une semaine.

Le 22 mars vers 2 heures du matin, environ 2 000 femmes ont quitté la mer en s’approchant du rivage, comme l’a dit Amlan Nayak, qui prend soin de leur protection. Ces animaux retournent sur la même plage où ils sont nés, afin de pondre leurs œufs.

Depuis lors, plus de 72 000 oliviers sont venus sur la côte pour creuser des nids et pondre des œufs. Chaque nid en héberge environ 100, tandis que la période d’incubation est d’environ 45 jours. Cela signifie que dans un peu moins de deux mois, la côte sera littéralement envahie de tortues.

Le Département des forêts l’a également confirmé. Cet événement attire généralement des centaines de personnes, le personnel du Département contrôlant la foule de touristes venus admirer l’arrivée et la naissance des tortues. Mais cette année, le blocus dû au COVID-19 qui a lieu en Inde depuis le 24 mars empêchera la visite de Rushikulya. Seuls les chercheurs et les associations environnementales ont le feu vert pour visiter les sites de nidification.

Pour empêcher l’intrusion possible de prédateurs d’animaux sauvages, les autorités forestières ont également augmenté les patrouilles des deux plages.

Et les tortues bénéficieront enfin d’une «vie privée» sans précédent.

[easy-social-share counters=0 style="button" hide_mobile="yes" point_type="simple"] [easy-social-share buttons="facebook,pinterest,whatsapp" counters=0 style="button" only_mobile="yes" point_type="simple"]
Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /home/customer/www/astucesos.com/public_html/wp-content/themes/flex-mag-edit/single.php on line 230

Most Popular

Quis autem vel eum iure reprehenderit qui in ea voluptate velit esse quam nihil molestiae consequatur, vel illum qui dolorem?

Temporibus autem quibusdam et aut officiis debitis aut rerum necessitatibus saepe eveniet.

Copyright © 2015 The Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

To Top